Edito

L'utilité sociale au coeur du leadership des entreprises et des marques

Communication et RSE sont des termes qui ont toujours suscité la méfiance lorsqu’ils sont associés : de la part des médias, du grand public, mais aussi de nos clients eux-mêmes qui sont aujourd’hui conscients de s’approcher de la zone périlleuse du greenwashing. 
Mais désormais j’ai le sentiment que les entreprises, les marques, comprennent de plus en plus que la communication peut être davantage qu’un faire-valoir. Elle peut être utile aux causes qu’elles souhaitent défendre. Les marques s’engagent de plus en plus, elles sont toujours plus nombreuses à comprendre que leur raison d’être est en réalité une raison d’agir.
Notre rôle de conseil est de leur faire la démonstration que la communication peut être un accélérateur de transformation et un instrument au service de l’action.
Elles sont de plus en plus nombreuses à prendre position, à faire avancer des sujets de société, et même à mobiliser l’opinion. J’ai le sentiment que nous sommes en train de dépasser l’enjeu de la communication RSE pour passer à une communication citoyenne, ou l’utilité sociale des entreprises et des marques est au cœur de leur leadership.
Les dirigeants eux-mêmes s’exposent, s’engagent et veulent peser plus que jamais dans le débat public. Les dirigeants d’Engie, l’Oréal, Citeo et bien d’autres que nous accompagnons s’engagent pour une reprise « verte » et responsable de l’économie post-covid. Ils savent qu’ils peuvent peser sur le cours des choses et avoir une influence positive sur les choix des consommateurs comme des pouvoirs-publics.
Nous voulons être leur partenaire pour être les acteurs du new deal de l’économie.

Amélie de Bourbon-Parme, directrice associée
array(0) {
}
1
2